Le TOEFL iBT

Afin de pouvoir aller étudier un an en Californie, j’ai été dans l’obligation de passer le TOEFL, un examen d’anglais permettant à l’université d’accueil de connaître le niveau de l’étudiant. Cela fait maintenant presque trois ans que je l’ai passé mais je partage malgré tout cette expérience, c’est toujours utile d’avoir plusieurs témoignages avant de se lancer soi même là dedans !

Le TOEFL (Test Of English as a Foreign Language) est un test similaire à notre TOEIC Européen à la différence qu’il évalue également l’expression orale et écrite des candidats. Le TOEFL dit « iBT » se passe sur ordinateur dans un centre d’examen. Je tiens quand même à préciser que cet article est particulièrement indigeste vu sa longueur (en plus y a même pas d’images) mais je me dis que ça peut intéresser des gens qui comptent passer le TOEFL.

 

Le déroulement du TOEFL iBT

Ce TOEFL se compose de 4 épreuves :

  • La compréhension écrite
  • La compréhension orale
  • L’expression orale
  • L’expression écrite

 

La compréhension écrite est une épreuve où le candidat doit répondre à des QCM sur le texte affiché à l’écran. Cette partie dure entre 60 et 90 minutes. Il est tout à fait possible de sauter une question et y revenir plus tard. Cette épreuve demande beaucoup de rigueur car parfois les réponses proposées sont très similaires avec de légères nuances, il faut donc parfaitement comprendre le sens de la question et du passage concerné.

 

La compréhension orale se base sur le même principe à une différence près : le candidat écoute une fois la discussion ou le monologue sur lequel lui seront posées des questions et ne peut pas le réécouter une seconde fois. Il est donc impératif de prendre des notes (papier et crayon fournis au début du test) afin de se souvenir d’un maximum d’informations. Il faut à la fois se concentrer sur ce que l’on entend, en extraire les informations importantes et les noter rapidement. Cette partie dure également entre 60 et 90 minutes. A la fin de la compréhension orale vous avez 10 minutes de pause, un timer s’affiche à l’écran et vous pouvez en profiter pour manger quelque chose, aller aux toilettes, décompresser, etc…

 

L’expression orale quant à elle est assez particulière. En effet, ne vous attendez par à parler un interlocuteur vivant, il n’y en a tout simplement pas ! Le casque du candidat est muni d’un micro et le logiciel enregistre les réponses données qui seront ensuite notées par ETS, l’organisme du TOEFL. En tout il faudra parler 6 fois pendant environ 45 secondes. L’épreuve se compose donc de 6 « sections ». Chacune se déroule de la même manière, le candidat écoute ou lit une question, un dialogue, un monologue et répond ensuite à la problématique évoquée. A chaque section le candidat dispose d’environ 30 secondes pour préparer sa réponse (sur papier ou non, selon ses préférences, mais il est conseillé de noter les points clés de la réponse). Une fois ces 30 secondes passées, le micro s’active automatiquement et c’est parti pour un monologue. Il faut être très concentré sur cette partie, chaque seconde compte et le micro ne vous attendra pas si vous n’avez pas fini de préparer votre réponse. Pareil si au bout du temps imparti vous n’avez pas fini de parler, c’est tant pis pour vous, le micro se coupe que vous soyez au milieu d’une phrase ou non. Cette partie dure environ 20 minutes.

 

Astuce : Sur les 6 questions, 2 sont des questions à propos du candidat du style « Si vous deviez revivre un moment de votre vie, lequel choisiriez-vous et pourquoi ? ». De mon point de vue, la partie la plus difficile dans ce type de questions est de savoir quoi répondre rapidement. On n’a pas le temps de réfléchir si on voudrait revivre notre 12ème anniversaire ou notre voyage en Auvergne, c’est pourquoi il est important de savoir à quoi s’attendre, sur le net on peut trouver des listes de questions typiques du TOEFL qui vous permettrons de prévoir des idées de réponses à l’avance.

 

L’expression écrite est une épreuve plus classique, le candidat doit rédiger 2 textes d’environ 300 mots. Pour le premier texte, le candidat lit un document et écoute un dialogue, il doit ensuite confronter les deux documents, le but n’est pas de donner son avis sur la question mais bien de s’appuyer sur les documents fournis. Le deuxième texte doit répondre à une question posée, le candidat se contente de donner son avis sur la problématique. Lors de cette épreuve il vous faudra utiliser le clavier (forcément), notez bien que les claviers des centres d’examen du TOEFL sont en qwerty dans la majorité des cas, si vous n’êtes pas habitués à ce type de clavier, essayez de vous entrainer un peu à le maitriser avant le test. Ça serait dommage d’être ralenti parce qu’on ne trouve jamais la lettre M !

 

Mon expérience avec le TOEFL

Le TOEFL n’est pas un examen auquel on arrive les mains dans les poches, il se prépare histoire d’être sûr de pas gaspiller 200$ pour rien. Il est possible de trouver des livres et/ou logiciels (très chers en général) pour s’habituer au format du test, n’en ayant pas réellement utilisés je ne peux pas en parler. Cependant mon prof d’anglais nous a proposé des séances d’entrainement au TOEFL : 4 séances, une pour chaque épreuve que l’on corrigeait tous ensembles. Cela permet de voir un peu quels types de questions sont posées dans les QCM, les sujets abordés dans les textes, la vitesse des documents audio, etc…

En plus de ces cours, j’ai augmenté ma « consommation d’anglais » dans ma vie de tous les jours. En temps normal je regarde pas mal de séries US/UK mais ma flemmardise me pousse à mettre les sous titres en français. Avant le TOEFL, je me suis mise à regarder systématiquement les épisodes sous titrés anglais ou sans sous titres du tout, mine de rien ca fait énormément progresser. J’essayais également de lire plus de textes en anglais qu’en temps normal, lire un livre américain peut être une bonne idée. Pour m’entrainer à la prononciation je lisais des articles de magazines américains à voix haute, c’est un peu désespérant de s’entendre parler anglais avec un accent bien nul mais ça entraine à ne pas buter sur des mots pendant l’expression orale.

N’étant pas très douée avec la conjugaison anglaise, j’ai fait des révisions niveau collège à base de present perfect, preterit, etc… afin d’être certaine de mes formes verbales pendant la rédaction. Je m’entrainais ensuite sur des QCM en ligne un peu moches mais pratiques du style anglaisfacile.com. Pendant cette période de révisions j’ai également commencé à utiliser Duolingo, un super site pour réviser/apprendre une nouvelle langue, le site et l’application sont très bien faits, si vous voulez reprendre les bases de l’anglais c’est vraiment parfait !

 

Astuce : Lors de l’expression écrite, l’emploi de mots de liaisons est valorisé, veillez donc à avoir bien révisé vos « first of all », « despite », « however », et autres. Les rédactions se doivent d’être claires et organisées, l’utilisation de ce genre de termes favorise cela et montre que vous êtes à l’aise avec la langue. Et si vous pouvez caser des formulations un peu soutenues, faites le, ça fait toujours « bien ».

 

Petite précision à propos du TOEFL : l’examen étant un test américain, c’est l’anglais américain qui est évalué, il faut bien faire la différence et éviter d’utiliser des termes ou expressions d’origine britannique.

 

Après toutes ces révisions (qui ont l’air violentes comme ça mais en fait il s’agit juste de faire des efforts au quotidien et y aller en douceur) je suis arrivée la veille de l’examen à Strasbourg. J’ai choisi de dormir la veille sur place, le TOEFL commençant à 8h (mais il est demandé d’arriver en avance) je ne pouvais pas me permettre de faire la route Metz / Strasbourg le matin. Une nuit de panique (où j’ai à peine dormi) plus tard, c’était l’heure d’y aller.

A Strasbourg le centre d’examen se situe dans un bâtiment religieux un peu louche, le genre de truc où on regarde l’adresse sur le téléphone, on regarde la porte et on se dit « j’ai du me planter d’endroit », mais non c’est bien là, avec de la propagande pour la jeunesse catholique tout ça. La salle était au sous sol et les surveillants en jogging molletonnés mais apparemment c’est normal aussi. Une fois dans la salle on recopie un texte à la main qui dit qu’on s’engage à ne pas tricher blabla, on montre notre pièce d’identité et on se met dans la file pour… la photo ! Prise avec une webcam sous une lumière néon, la totale. On retrouve cette photo sur la feuille des résultats (j’ose pas la montrer du coup) et également sur le pc qui nous est assigné. Après avoir vérifié les informations nous concernant à l’écran, le test peut débuter.

Mon plus gros stress par rapport au TOEFL était de me retrouver dans une salle pleine de gens à devoir parler au micro pendant que les autres pouvaient m’entendre moi et mon accent pourri. Je me rassurai en me disant que j’avais le temps avant la partie orale, et ben non ! La première étape consiste à calibrer le micro : « Describe the city you live in » jusqu’à ce qu’un bip annonce la fin du calibrage. On m’avait jamais parlé de ça et là c’était la panique « mais qu’est ce que je vais diiire ? ». D’après des témoignages sur le net pas mal de gens se contentent de répéter en boucle « Describe the city you live in ». Personnellement j’ai galéré en disant que la pépinière était un fort joli parc à Nancy, mais manifestement c’est pas obligatoire, personne ne l’écoutera.

 

Les résultats du TOEFL sont disponibles environ 15 jours après le passage de l’examen, vous pouvez trouver ici un tableau donnant les dates approximatives des résultats pour chaque session.

 

Astuce : Le mail annonçant que les résultats sont disponibles n’est pas parfaitement synchronisé avec la mise en ligne des scores. Il arrive souvent que le mail arrive 2 jours après la publication des notes sur le site, n’hésitez donc pas à aller directement dans votre espace perso régulièrement pour vérifier si les résultats ne sont pas déjà là !

 

Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur le déroulement de chaque épreuve du test, vous pouvez trouver tous les détails sur le site officiel du TOEFL, tout y est très bien expliqué 🙂 Et n’hésitez par à poser vos questions en commentaire si vous en avez !

 

2 Replies to “Le TOEFL iBT”

  1. J’aurai beaucoup aimé passer cet examen pour étudier à l’étranger, mais mon dieu ça a l’air dur!
    Je pense que je vais devoir attendre encore un peu pour améliorer mon niveau. Après tout, l’anglais ça s’apprend, comme tout le monde.
    En tout cas, ça a l’air très stressant quand même ahah.
    Et bravo à toi de l’avoir réussi 🙂
    Belle soirée

    1. C’est pas spécialement dur, par contre c’est assez stressant ouais, faut vraiment se préparer pour arriver à peu près serein même si c’est plus facile à dire qu’à faire ! Après les techniques dont je parle pour s’améliorer tu peux t’en servir dans ta vie quotidienne même si t’as pas d’examen, ça aide vraiment ! 🙂
      Merci ! Bonne journée à toi aussi 🙂

Laisser un commentaire